Ouvrir le menu principal

Vers une trêve de longue durée à Gaza

26 janvier 2009. – « Israël et le Hamas ne sont pas encore tombés d'accord, lors des négociations indirectes menées par l'entremise de l'Égypte, sur la durée exacte d'une trêve de longue durée à Gaza », a déclaré le porte-parole du mouvement palestinien Ayman Taha, lors d'une interview à l'agence de presse MENA.

« Nous étudierons la proposition israélienne de manière détaillée avant de communiquer notre réponse aux représentants égyptiens », a-t-il indiqué à la suite de l'initiative israélienne, également relayée par la partie égyptienne, visant à instaurer une trêve d'un an et demi.

Selon lui, l'État hébreu aurait auparavant évoqué une période de 10 à 15 ans. Le Hamas prône, quant à lui, une trêve d'un an, « un cessez-le-feu trop long étant susceptible d'affaiblir les capacités de combat des mouvements palestiniens et d'anéantir la résistance armée à l'occupation israélienne ».

Concernant la reconstruction dans la bande de Gaza, M. Taha a noté que le Hamas était « disposé à faire preuve de flexibilité, mais ne tolérerait ni politisation, ni chantage ».

Certains pays et l'Union européenne, s'étaient auparavant dits « prêts à acheminer l'aide humanitaire à l'enclave par l'intermédiaire de l'Autorité palestinienne à Ramallah », refusant « de la livrer directement au Hamas ».

La présence d'observateurs internationaux sur le point de passage de Rafah a été également au menu des négociations indirectes, l'échange du soldat israélien Gilad Shalit contre des prisonniers palestiniens n'ayant cependant pas été évoqué.

« Nous ne souhaitons pas lier la question de sa libération avec le problème de la trêve et de la levée du blocus », a conclu le porte-parole du Hamas.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  PO : vers une trêve de longue durée à Gaza (Hamas) » datée du 26 janvier 2009.

Sources