Ouvrir le menu principal

Attentat de 1981 : James Brady est mort des suites de ses blessures

J. Brady avec Bill Clinton alors que celui-ci signe le Brady Act.

9 août 2014. – L'ancien porte-parole de la Maison Blanche, James Brady, est décédé le 4 août dernier à l'âge de 73 ans « après une série de problèmes liés à sa santé » selon le Washington Post. Selon le médecin légiste du Disctrict de Columbia, il serait mort des suites des blessures par balle subies en 1981 lors de l'attentat contre Ronald Reagan, au cours duquel il avait été grièvement blessé. Il était resté paralysé.

L'auteur des faits, John Hinckley Junior, a été déclaré irresponsable pénalement pour le chef d'accusation de « tentative d'assassinat » et est à présent interné dans un hôpital près de Washington. Mais ce rebondissement pourrait entraîner la qualification d'homicide.

« Nous enquêtons en suivant la piste d'un homicide » déclarait l'officier Hugh Carew, porte-parole de la police de Washington, à l'agence Reuters. Si John Hinckley Jr. devait être jugé pour ce nouveau chef d'accusation, le verdict pourrait être différent[1].

Le Brady Act
À la suite de l'attentat, James Brady s'est engagé pour le contrôle des armes à feu. En 1996, une loi imposant une vérification des antécédents pour toute personne désirant acheter une arme est signée, et porte son nom.

Notes

SourceModifier