Ouvrir le menu principal

29 juin 2013. – Le président américain Barack Obama est arrivé, vendredi, en Afrique du Sud, la deuxième étape de sa tournée dans trois pays d'Afrique, un périple visant à promouvoir les investissements américains. Le chef de l'exécutif américain, sa femme, Michelle, et leurs deux filles ont été accueillis par les dignitaires et les officiers militaires après que leur avion ait atterri sur une base aérienne près de Pretoria, vendredi soir.

Le conseiller-adjoint américain à la Sécurité nationale, Ben Rhodes, annonce que B. Obama devrait probablement soulever la question du Zimbabwe, qui est confronté à une élection présidentielle tumultueuse.

Rhodes a expliqué que les Etats-Unis veulent voir des élections libres, justes et crédibles au Zimbabwe, ainsi que de l'espace pour des médias indépendants et d'autres éléments de la démocratie dans le pays.

Le président Obama va, par ailleurs, prendre part, samedi, à un forum citoyen à Soweto et rencontrer la chef de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma.

La visite de B. Obama intervient alors que les Sud-africains sont préoccupés par la santé de l’icône de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela, qui reste dans un état critique dans un hôpital de Pretoria.

S'adressant aux journalistes à bord de l'avion présidentiel, Air Force One, ce vendredi, Barack Obama a minimisé les attentes d'une visite avec Nelson Mandela, âgé de 94 ans. « Je n'ai pas besoin d'une photo avec lui. La dernière chose que je veux faire, c'est d'être indiscret à un moment où la famille est inquiète pour l'état de Nelson Mandela ».

Samedi, le président Obama prévoit de visiter Robben Island, la prison où Nelson Mandela a passé une grande partie de ses 27 années derrière les barreaux après avoir été reconnu coupable, en 1964, de sabotage et de complot pour renverser le gouvernement de l'apartheid en Afrique du Sud.

Des manifestants se sont rassemblés au Cap et Pretoria vendredi, avant l'arrivée de B. Obama. Ils chantaient et agitaient des bannières pour exprimer leur mécontentement au sujet de B. Obama sur un large éventail de questions, y compris l'utilisation de drones, la prison américaine de Guantánamo Bay (Cuba), et le soutien américain à Israël.

Deux jours au Sénégal

Barack Obama a quitté le Sénégal vendredi après une visite de deux jours. Il y a rencontré le président sénégalais Macky Sall et s’est prononcé en faveur de la promotion de la démocratie et la primauté du droit.

Le président a également effectué une visite émouvante à l'île de Gorée, symbole de la traite des esclaves du 18ème siècle.

SourcesModifier