COVID-19 : l'OMS met en garde contre les « passeports immunitaires »


Icône d'un haut-parleur
Ce fichier audio a été créé d'après la version datant du 29 avril 2020 à 16h07 UTC, et ne reflète pas les modifications ultérieures de l'article.

26 avril 2020. – L'Organisation mondiale de la santé a averti samedi qu'il n'y avait « aucune preuve » que les patients guéris de la COVID-19 seraient immunisés contre une deuxième infection.

L'OMS a publié cet avertissement dans une note scientifique, confirmant que les cas de coronavirus dans le monde dépassaient 2,8 millions. Les décès dans le monde ont maintenant dépassé les 200 000, selon les statistiques de l'Université Johns Hopkins. « Certains gouvernements ont suggéré que la détection d'anticorps contre le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, pourrait servir de base à un « passeport d'immunité » ou à un « certificat sans risque » qui permettrait aux individus de voyager ou de retourner au travail en supposant qu'ils sont protégés contre la réinfection », a déclaré l'OMS.

Or, « Il n'y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont rétablies de la COVID-19 et qui ont des anticorps sont protégées contre une deuxième infection », a-t-elle ajouté.

Le Chili a déclaré la semaine dernière qu'il commencerait à distribuer des « passeports de santé » aux personnes considérées comme des patients rétablis, leur permettant de reprendre leur travail. Avant de recevoir les passeports, ils devaient être examinés pour déterminer s'ils avaient développé des anticorps.

SourcesModifier


  Actualiser la page
  Jour précédent

26 avril 2020

Jour suivant