Ouvrir le menu principal

Chine : 45 avocats des droits de l'homme arrêtés

Symbole de censure

21 juillet 2015. – Entre le 11 et le 21 juillet 2015, 235 avocats ont été arrêtés en Chine. Certains d'entre eux sont des avocats des droits de l'homme.

Ces arrestations coordonnées s'inscrivent dans une action à l'encontre du cabinet d'avocat Fengrui. Les autorités saisissent et contrôlent notamment le matériel informatique des avocats.

Les premiers chiffres faisaient état de 45 interpellations, Amnesty International en recense 50. Une semaine plus tard, le journal Courier International dénombre 235 arrestations.

L’avocat Zhou Shifen a été interpellée par les forces de l'ordre à Pékin, juste après la libération de sa cliente Zhang Miao, qu'il avait réussi à faire libérer. La femme qu'il a réussi à faire libérer avait passé neuf mois en prison. Elle est chinoise et assistante de la revue allemande Die Zeit. Sa détention avait été motivée par la publication sur les réseaux sociaux de photos des manifestations prodémocratie à Hong-Kong.

Un autre des avocats concernés est Li Heping, qui a notamment travaillé sur des affaires d'expropriations abusives mais aussi sur le sort de dissidents, comme Chen Guangcheng.

Au 21 juillet, la plupart des avocats ont été libérés, mais 14 d'entre eux sont restés en détention, et un seul a pu bénéficier de l'assistance d'un autre avocat. Cependant, d'après l'association Chinese Human Rights Lawyers Concern Group, six avocats ont disparu.

Les médias officiels chinois qualifient la cabinet Fengrui de « bande de criminels tentant de créer des troubles à l’ordre public ».

Zhou Shifeng, le directeur du cabinet d'avocat est spécifiquement accusé de corruption active, de manipulation de personnes confrontées à l'administration judiciaire, de nuisance à l'ordre public, répétées quarante fois. Il est également accusé de prise illégale d'intérêts et d'entretenir des relations « anormales » avec des femmes. La télévision a diffusé des aveux filmés.

Left pointing double angle quotation mark sh3.svg Nous assistons à un procès par les médias, et c'est une interférence grave dans le cours de la justice. Dans de nombreuses affaires [reprochées aux avocats arrêtés, ceux-ci] accusaient la police d’avoir contrevenu à la loi et abusé de ses pouvoirs. Aujourd'hui, les avocats sont arrêtés par la police : ce sont les accusés qui arrêtent les plaignants. Right pointing double angle quotation mark sh3.svg

— Mo Shaoping, déclaration au quotidien hongkongais Apple Daily

En réaction, une lettre a été publiée puis censurée. Cette lettre indique que cette télédiffusion d'aveux avant procès « rappelle l'exhibition devant les foules des personnes critiquées pendant la Révolution culturelle [lancée par Mao en 1966] ».

Selon ses détracteurs, la présidence de Xi Jinping a conduit à une évolution de la répression.

Left pointing double angle quotation mark sh3.svg L'attaque coordonnée (des derniers jours contre des professionnels de la justice) tourne en dérision les prétentions de Pékin à garantir un soi-disant Etat de droit Right pointing double angle quotation mark sh3.svg

— Amnesty International, (William Nee)

SourcesModifier