Ouvrir le menu principal

Espace : un potentiel océan à la surface de Proxima b

Vue d'artiste de la surface de Proxima Centauri b.

11 octobre 2016. – La composition de l'exoplanète Proxima Centauri b, découverte en août dernier, est toujours inconnue. Néanmoins, une équipe internationale dirigée par des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l'université d'Aix-Marseille ont proposé deux scénarios sur sa morphologie à l'aide d'un modèle informatique de structure interne pour exoplanètes.

La première hypothèse est que la planète serait petite et très dense. Son noyau serait métallique et très gros, donc il formerait les deux tiers de la planète. Le reste serait composé d'un manteau rocheux et d'un peu d'eau, environ 0,05 %, tout comme la Terre.

La seconde hypothèse propose qu'elle soit plus grande et composée à 50 % de roches entourées de 50 % d'eau. Il y aurait alors un immense océan profond de 200 km qui englobe l'exoplanète.

« Dans ces deux cas extrêmes, une fine atmosphère gazeuse pourrait englober la planète, comme sur Terre, rendant Proxima b potentiellement habitable », précise le communiqué.

Voir aussiModifier

SourcesModifier