France : l'application StopCovid disponible

2 juin 2020. – Alors que la pandémie de COVID-19 continue dans le monde et que la France déconfine progressivement sa population, l'application gouvernementale StopCovid souhaitée par l'exécutif français est enfin téléchargeable. StopCovid est prévue pour accompagner le plan de déconfinement de la population française, dont la première phase a eu lieu le 11 mai et la deuxième se tient aujourd'hui. Annoncée à de multiples reprises depuis le mois d'avril, l'application a dû faire face à des obstacles tant technologiques que réglementaires. À ces obstacles, il faut également ajouter la fin de non-recevoir d'Apple envers le Gouvernement français qui demandait la possibilité d'utiliser le Bluetooth des appareils du constructeur en arrière-plan.

Affichage de l'application sur un téléphone incompatible.

Attendue pour la mi-journée du 2 juin, l'application est finalement disponible en fin d'après-midi afin de réaliser, selon les équipes de développement, « des réglages ». Le principe de l'application fonctionne sur la détection de proximité grâce à l'activation du Bluetooth des téléphones mobiles. Avec le refus d'Apple, deux téléphones de la marque à la pomme ne pourront se détecter que s'ils sont tous les deux en train d'exécuter l'application StopCovid à l'écran. Les téléphones s'identifient lorsqu'il y a un contact prolongé entre deux personnes, c'est-à-dire, un contact à moins d'un mètre de distance pendant au moins 15 minutes consécutives.

Lorsqu'une personne qui utilise l'application est diagnostiquée malade, l'équipe médicale habilitée devra fournir un code pour indiquer dans l'application que la personne est infectée. Dès lors, tous les téléphones ayant été en contact pendant les deux dernières semaines avec celui de la personne malade indiqueront un message « risque d'exposition au Coronavirus ». Ce message invite les personnes à s'isoler et à aller réaliser un test de dépistage.

Reste que la faille principale de cette application est le nombre de personnes à l'utiliser. Son installation n'est pas obligatoire et repose sur la bonne volonté des citoyens. Le secrétaire d'État au numérique, Cédric O, indique que le Gouvernement n'a pas d'objectif chiffrés, mais qu'il y a « besoin qu’un maximum de gens l’ait ». M. O souhaite que l'application soit adoptée comme un nouveau « geste barrière » à la pandémie en cours.

SourcesModifier


  Actualiser la page
  Jour précédent

2 juin 2020

Jour suivant