Ouvrir le menu principal

L'Écosse répond « Non » au référendum sur l'indépendance

Les campagnes pour le « Oui » et le « Non » se sont poursuivies jusqu'au dernier moment (18 septembre)

19 septembre 2014. – Les Écossais ont répondu non à la question « L'Écosse doit-elle être un pays indépendant ? » qui leur était posée hier par référendum, et continuera à faire partie du Royaume-Uni. Avec un taux de participation de 84,6 % des quelques 4,3 millions d’électeurs inscrits, 55,3 % ont voté contre cette proposition et 44,7 % se sont prononcés pour.

Les 5 579 bureaux de vote ont ouvert hier à 7 heures (locale), et beaucoup d'entre eux n'ont pas désempli jusqu'à leur fermeture à 22 heures. Au cours de la nuit, après l'annonce des premiers résultats à 1 h 30, le « Non » s'est petit à petit démarqué jusqu'à peu après 6 heures, quand les résultats du district de Fife ont donné au « Non » une avance qui ne pouvait plus être rattrapée. Les résultats définitifs font état de 1 617 989 votes « Oui » et 2 001 926 votes « Non »

Quand le référendum avait été annoncé en mars 2013, les sondages indiquaient que seuls 30 % de la population écossaise étaient en faveur de l'indépendance, et 50 % voulaient conserver l'Union. À la veille du référendum, 45 % de la population étaient en faveur du « Non » et 41 % en faveur du « Oui », avec 14 % d'indécis.

Alistair Darling en 2006.

En célébrant la poursuite de l'Union, Alistair Darling, le meneur de la campagne pour l'Union Better Together (Mieux ensemble) a déclaré à ses militants « Vous représentez la majorité de l'opinion, et vos voix ont été entendues. Nous avons mené campagne et nous avons gagné », avant de conclure en lançant : « Écosse, passons à autre chose ensemble ».

Alex Salmond en 2008.

Après la défaite, Alex Salmond, dirigeant du Parti National Écossais (indépendantiste) a déclaré « Merci à l'Écosse pour 1,6 millions de votes pour l'indépendance écossaise ». « L'Écosse a décidé, à la majorité, de ne pas devenir un pays indépendant » a-t-il ajouté, avant de conclure : « Ne nous apitoyons pas sur la marche que nous n'avons pas pu franchir, admirons plutôt tout le chemin que nous avons parcouru ».

David Cameron, le Premier ministre du Royaume-Uni, a déclaré que « Le peuple écossais a parlé, et sa décision est claire. Il a décidé de maintenir ensemble les quatre nations de notre pays, et comme des millions d'autres personnes j'en suis heureux ». Il estime que le débat est clos « pour une génération » et que le Royaume-Uni doit se rassembler pour aller de l'avant.

Concernant la décentralisation de certains pouvoirs promise aux Écossais à la fin de la campagne, D. Cameron affirme qu'il s'assurera que « ces engagements soient pleinement honorés ».

SourcesModifier