La France ébranlée par l'assassinat d'un enseignant

La France est sous le choc après une nouvelle attaque terroriste - la décapitation horrible d'un enseignant de la région parisienne quelques jours après avoir montré à sa classe des caricatures controversées du prophète Mahomet.

17 octobre 2020. – Les médias identifient le suspect comme un immigré de 18 ans né à Moscou et d'origine tchétchène. Le suspect a demandé à des étudiants dans la rue de désigner la victime, a déclaré samedi le procureur de la lutte contre le terrorisme, Jean-François Ricard. S'exprimant lors d'une conférence de presse, Ricard a également noté que l'attaquant avait publié une photo du corps de l'enseignant sur Twitter, avec une note disant qu'il avait commis le meurtre.

La gendarmerie surveillant les locaux de Charlie Hebdo.

Cet assassinat marque une nouvelle attaque contre la France, moins d'un mois après qu'un homme a brutalement poignardé deux personnes devant les anciens bureaux du magazine satirique Charlie Hebdo. Encore une fois, le gouvernement traite l'incident comme une attaque terroriste.

Plusieurs personnes sont détenues pour interrogatoire, y compris des membres de la famille du suspect.

La police a tiré et tué l'agresseur présumé, qui aurait crié « Allahu akbar » - « Dieu est grand » - , peu de temps après avoir trouvé le corps décapité du professeur d'histoire du collège, Samuel Paty, près de son école dans la banlieue parisienne de Conflans-Sainte-Honorine. Le suspect vivait en Normandie, loin du lieu de l'attaque.

Dans l’horrible publication sur Twitter, l’homme a déclaré qu’il avait tué sa victime pour avoir montré à sa classe les caricatures moqueuses de Charlie Hebdo sur le prophète Mahomet. Ces mêmes caricatures avaient déclenché une série d'attentats terroristes en janvier 2015. Un procès est en cours à Paris.

Emmanuel Macron

S'exprimant vendredi soir, le président Emmanuel Macron a déclaré que le meurtre portait les marques d'une « attaque terroriste islamiste caractérisée ». Il a également dit que ceux qui tentaient d'attaquer la liberté d'expression « ne gagner[aient] pas ».

Les habitants de Conflans-Saint-Honorine sont sous le choc. S'adressant aux médias français, certains des élèves de l'enseignant ont déclaré qu'il leur avait dit que ceux qui pourraient être mal à l'aise avec les dessins animés de Charlie Hebdo étaient libres de quitter la classe. La leçon portait sur la liberté d'expression, mais plusieurs parents auraient été bouleversés par cela et l'auraient signalé sur les réseaux sociaux.

Les représentants des syndicats d’enseignants se disent dévastés. L'un d'eux, Jean-Rémi Girard, a déclaré à la radio française qu'il était choquant qu'un enseignant puisse être tué simplement pour avoir fait son travail.

Pour leur part, les dirigeants musulmans craignent que l’attaque ne stigmatise à nouveau les musulmans français, qui constituent la plus grande communauté islamique d’Europe occidentale.

Tareq Oubrou, recteur de la principale mosquée de Bordeaux, a déclaré craindre que les journalistes de BFMTV associent sa religion à de tels crimes - ce qui, a-t-il dit, serait terrible pour les musulmans ordinaires.

D'autres, y compris le parti d'extrême droite Rassemblement national, reprochent au gouvernement d'être trop indulgent envers l'extrémisme. Le mois prochain, les législateurs français commenceront à examiner une législation controversée pour lutter contre l'islam radical.

Sur Wikipédia

SourcesModifier


  Actualiser la page
  Jour précédent

17 octobre 2020

Jour suivant