Mort de George Floyd : l'armée en désaccord avec Donald Trump

5 juin 2020. – Donald Trump, le Président des États-Unis d'Amérique, a déclaré il y a quelques jours que les gouverneurs pourraient demander à ce que l'armée intervienne dans les manifestations, en renfort, afin de mettre fin aux émeutes concernant la mort de George Floyd.

Intersection à Chicago.

La police lance dans les médias, mais aussi sur les réseaux sociaux, tout comme des gouverneurs ou des maires, des appels à l'aide, afin de demander à ce que des militaires interviennent pour les aider.

Certaines personnes représentant l'armée américaine ou étant d'anciens militaire de haut rang sont sortis de leur silence afin de s'opposer à cette idée, estimant que cela n'est pas le rôle de l'armée de faire des missions pour maintenir l'ordre.

Intervention de Mark Esper

Le dirigeant du Pentagone, Mark Esper qui est aussi le ministre de la Défense, qui est reconnu comme un homme de confiance de Donald Trump se désolidarise, s'opposant à lui en prenant la parole lors d'une conférence de presse mercredi matin ne voulant pas de la mise en place de ce système en ne jugeant pas l'émeute intenable pour les autorités locales :

Left pointing double angle quotation mark sh3.svg En tant que secrétaire à la Défense, mais aussi en tant qu'ancien soldat et ancien membre de la Garde nationale, j'estime que l'option de recourir à l'armée active dans un rôle de maintien de l'ordre ne devrait être utilisée qu'en dernier ressort et uniquement dans les situations les plus urgentes et les plus graves. Nous ne sommes pas dans l'une de ces situations pour le moment. Je ne suis pas favorable à recourir à l'Insurrection Act. Right pointing double angle quotation mark sh3.svg

— Mark Espert

Prise de parole de deux anciens militaires

Le général James Mathis déclare à son tour que c'est la première fois, pour lui, qu'il voit un président américain ne pas essayer d'unir son peuple dans cette épreuve mais de le diviser, attaquant même le gouvernement en le déclarant irresponsable. Pour lui, faire intervenir les soldats pour maitriser les émeutes reviendrait à obliger les militaires à enfreindre la Constitution. Pour lui, les militaires ne sont pas aptes à ce genre d'opérations, tout simplement parce que ce genre d'action peut créer des tensions entre la population et l'armée, mais aussi parce que l'armée ne connait pas assez bien les populations, contrairement aux policiers et autres autorités locales.

L'amiral et ancien chef d’État-major Mike Mullen estime faire confiance aux militaires américains, mais craint les ordres venant de Donald Trump, qui pourraient être trop violents. De plus, pour lui, rien ne justifie pour le moment, dans ses émeutes, la nécessité de faire intervenir l'armée, avec le risque qu'elle pourrait être utilisée à des fins politiques par le gouvernement.


SourcesModifier

  Actualiser la page
  Jour précédent

5 juin 2020

Jour suivant