Nucléaire : les turbines de General Electric vont redevenir française

Publié le 15 février 2022
L'entreprise française EDF a rendu officiel son rachat d'une partie de l'activité nucléaire de General Electric qui avait été acquise en 2014. Cette vente va permettre de ramener les turbines à vapeur les plus puissantes du monde surnommé Arabelle et qui équiperont entre autre les EPR. Cela faisait 7 ans que General Electric avait racheté la branche énergie de Alstom, vente qui avait été porté à l'époque par le ministre de l'économie : Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron en 2017

Le rachat de cette activité va ramener une des pièces stratégiques de la filière nucléaire qui devrait construire prochaine 6 EPR comme la annoncé le président de la République Emmanuel Macron. La filière nucléaire est d'après le président une façon d'allier mix électrique décarboné et souveraineté énergétique.

EDF devrait débourser environs 200 millions de dollars pour cette acquisition en prenant en compte les liquidités et les dettes de l'activité. L'activité industrie liée à ces turbines se trouve à 70% en France mais est au total répartie sur une quinzaine de pays à travers le monde.

Le président d'EDF, Jean-Bernard Lévy a décalé que le projet d’acquisition va « permettre à EDF de renforcer davantage sa maîtrise des technologies et compétences clés pour le parc en exploitation et pour les projets de nouveaux réacteurs nucléaires en France et au-delà ». De le PDG de General Electric a déclaré que « L’énergie nucléaire a également un rôle important à jouer dans la transition énergétique et GE continuera à soutenir cette industrie ».

Voir aussi

SourceModifier

((fr))« Nucléaire : 3 questions pour comprendre le rachat des turbines de GE par EDF ». La tribune10 février 2022.

  Actualiser la page
  Jour précédent

15 février 2022

Jour suivant