Ouvrir le menu principal

RCA : la Séléka à Bangui, Bozizé prend la fuite

Le président françois Bozizé.
Flag of the Central African Republic.svg
Carte des batailles en 2012 en Centrafrique.

Le président Bozizé n'était pas au palais quand les rebelles sont entrés dimanche dans la capitale et il reste introuvable pour le moment.

24 mars 2013. – Les rebelles centrafricains ont pris Bangui, ce dimanche, forçant le président François Bozizé à fuir la capitale.

Des témoins ont signalé des combats violents tôt ce matin à Bangui, pendant que les rebelles de la Séléka descendaient sur le palais présidentiel.

Cependant, d'autres témoins ont plutôt fait état de tirs de sommation destinés à intimider ceux qui se livraient au pillage à travers la capitale.

Officiellement, les autorités ne disent pas que le président Bozizé a pris la fuite, mais un conseiller présidentiel (qui a requis l’anonymat) aurait dit à l’Agence Reuters que M. Bozizé avait traversé la frontière avec la République démocratique du Congo plus tôt dans la journée.

La veille, samedi, le Premier ministre Nicolas Tiangaye avait appelé au dialogue pour éviter un bain de sang.

À cette fin, il avait demandé aux rebelles de la Séléka d’entrer en contact avec son gouvernement d’union nationale pour trouver une solution pacifique. Les rebelles avaient rétorqué qu'ils ne voulaient négocier qu'une chose : le départ de M. Bozizé.

Vendredi, les habitants de Bangui – alors qu'on annonçait l'approche des rebelles – avaient déserté les rues de la capitale, où les écoles et banques avaient fermées tôt. C’est en décembre que la rébellion Séléka avait commencé son offensive, s’emparant d’un tiers du pays.

Elle a ensuite signé un accord de paix à Libreville, pour ensuite accuser le président Bozizé de violer cet accord négocié par les dirigeants de la région.

Les coups d’État ou troubles sont chose courante en RCA depuis son indépendance en 1960. Le président Bozizé a lui-même accédé au pouvoir par les armes en 2003.

HistoriqueModifier

Le conflit centrafricain de 2012 est un conflit situé en République centrafricaine qui éclata en décembre 2012 entre le gouvernement centrafricain et les rebelles de la Coalition du Séléka. De nombreux rebelles sont des anciens participants de la guerre civile centrafricaine qui ravagea le pays entre 2004 et 2007. En réalité, il y eut entre 2004 et 2012 de nombreux affrontements entre divers mouvements rebelles, mais jamais de véritable guerre civile. Les rebelles accusent le président centrafricain François Bozizé d'avoir failli à respecter les accords de 2007 qui mirent fin à la guerre civile.

Les rebelles de la Séléka commencèrent une offensive le 10 décembre 2012, s'emparant de plusieurs villes majeures dans le Centre et l'Est du pays. Alors que le Tchad voisin accepta d'envoyer des troupes d'interposition, la France refusa de s'engager dans le conflit, malgré les appels du président Bozizé. Elle a néanmoins envoyé 150 soldats de plus, pour assurer la protection des ressortissants européens et français.

Voir aussiModifier

SourceModifier