Ouvrir le menu principal

Vatican : Benoît XVI annonce sa démission

Le pape Benoît XVI est le premier pape à renoncer à son poste en plus de 500 ans.

11 février 2013. – Le pape Benoît XVI a annoncé aujourd'hui qu'il quitterait ses fonctions au Vatican le 28 février prochain. Niant qu'il était atteint d'une maladie l'empêchant de tenir son rôle, il a plutôt spécifié que son âge avancé et sa vigueur le rendait incapable d'être un leader fort pour l'Église catholique.

En seulement quelques minutes après l'annonce du Vatican, la nouvelle est devenue l'un des sujets les plus discutés sur Twitter, principalement par les internautes espagnols, français et italiens.

Connu sous le nom de Joseph Alois Ratzinger avant de devenir chef de l'Église, il avait été élu en 2005 pour remplacer Jean-Paul II. Il devenait alors le pape le plus âgé lors de sa nomination en plus de 300 ans, il est aujourd'hui âgé de 85 ans.

Il est le premier pape démissionnaire en plus de 500 ans. Il faut remonter en 1415 pour trouver un des deux autres papes qui ont démissionné, Grégoire XII. Avant lui, Célestin V avait aussi démissionné en 1294. Le cardinal de Paris, André Vingt-Trois salue cette décision en affirmant que cela sera libérateur pour le futur.

Les réactions ont fusé de partout dans le monde. Du Royaume-Uni à Israël, plusieurs religieux et chefs d'États ont exprimé leur respect face à la décision du pontife. La chancelière fédérale d'Allemagne, Angela Merkel, a déclaré que « [s]i le pape lui-même, après une réflexion approfondie, est arrivé à la conclusion qu'il n'avait plus les forces d'accomplir ses charges, alors il a mon plus haut respect ». De son côté, le président français, François Hollande, a salué une décision « éminemment respectable ». L'archevêque de Canterbury de l'Église anglicane a salué le dévouement de Benoit XVI et le grand rabbin Yona Metzger a parlé de l'influence positive qu'a eu le pape sur les relations entre les catholiques, les juifs et les musulmans.

Par ailleurs, il est plus approprié de parler de renonciation puisqu'il ne s'agit pas exactement d'une démission étant donné que le pape n'a aucun supérieur hiérarchique à qui la présenter et qu'on ne peut pas non plus parler d'abdication puisque, en règle générale, lorsque un souverain abdique, c'est au profit d'un de ses successeurs désignés, ce qui n'est pas le cas du pape.

À la suite de cette renonciation, débutera une période de vacance du siège papal, qui s'achèvera avec la désignation d'un nouveau pape par le conclave de cardinaux qui sera tenu le 8 mars prochain au cours duquel 118 cardinaux électeurs, dont 4 qui ne pourront voter puisqu'ils sont âgés de plus de 80 ans, se prononceront pour désigner le nouveau pape. Entre-temps, le doyen du Collège des cardinaux, Angelo Sodano, dirigera l'Église catholique par intérim à partir du 28 février jusqu'à la désignation du nouveau pape. De son côté, Benoît XVI sera amené à Castel Gandolfo dans la résidence papale estivale près de Rome avant de vivre cloîtré dans un monastère.

Le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican, a déclaré que « nous devrions avoir un nouveau pape pour Pâques. » En effet, la désignation du nouveau pape sera faite avant la fin du mois du mars étant donné que la période de deuil qui précède habituellement l'assemblée des cardinaux pour la désignation du pape ne sera pas nécessaire.

Le cardinal québécois Marc Ouellet est l'un des successeurs potentiels du pape.

Parmi les successeurs potentiels du pape, se retrouve le cardinal québécois Marc Ouellet qui est présentement le préfet de la Congrégation pour les évêques et qui s'occupe donc de la nomination de la moitié des évêques. De plus, il a acquis une visibilité internationale grâce notamment au fait qu'il est président de la Commission pontificale pour l'Amérique latine et qu'il parle plusieurs langues. « Il est le seul cardinal qui voit le pape chaque semaine. » a ajouté le cardinal Jean-Claude Turcotte. L'archevêque de Milan, Angelo Scola, est également un successeur potentiel.

Fait insolite, plusieurs bookmakers (preneurs de paris) du Royaume-Uni et de l'Irlande prennent des paris sur l'identité du prochain pape. Le plus important bookmaker britannique, William Hill, cote le cardinal Ouellet en troisième place à sept contre un après deux Africains, le Nigérian Francis Arinze à trois contre un et le Ghanéen Peter Turkson également à sept contre un. De son côté, le bookmaker irlandais Paddy Power a les même trois favoris, mais classe Marc Ouellet en tête.

SourcesModifier