Accusations de viols : appel des plaignantes après un non-lieu pour Georges Tron

Georges Tron en 2010.

11 décembre 2013. – L'ancien secrétaire d’État français à la Fonction publique Georges Tron lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy avait démissionné en mai 2011 à la suite des accusations de viols et d'agressions sexuelles de deux ex-employées de sa mairie à Draveil. Les juges d'instruction ont suivi les réquisitions du parquet en concluant à un non-lieu pour lui et son adjointe à la culture, également mise en cause. « Les plaignantes ont vraisemblablement été utilisées dans le cadre d'un complot politique contre moi mené par le FN et la famille Le Pen », se défend Georges Tron sur RTL. « C'est exactement ce que j'ai dit à la première minute. Comment peut-on songer une seule seconde que je sois capable des horreurs qui ont été décrites dans le cadre de ces accusations portées contre moi ? »

Appel des plaignantesModifier

L'une des deux plaignantes va faire appel du non-lieu. Son avocat Vincent Ollivier note que « l'ordonnance ne répond pas aux questions qui lui ont été posées. Ma cliente va interjeter appel devant la chambre de l'instruction », se disant « profondément scandalisé » par un document « exclusivement à décharge ». « On a à nouveau bafoué la dignité de ma cliente », a réagi Yael Mellul, l'avocate de la seconde plaignante qui fera également appel, en commentant que « les choses auraient été différentes si l'homme attaqué n'avait pas été un homme de pouvoir (…) on est en plein déni de justice ».

SourcesModifier

Voir aussiModifier

  Actualiser la page
  Jour précédent

Évènements du 11 décembre 2013

Jour suivant