Ouvrir le menu principal

France : décès de l'animateur de radio Pierre Bouteiller

12 mars 2017. – Le journaliste et animateur de radio français Pierre Bouteiller est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à Paris. Il avait 82 ans.

Passionné de musique, et en particulier de jazz et de piano, il commence par travailler sur Europe 1 pendant 10 ans, de 1959 jusqu'en 1969. Mais son ton sans concession finit par agacer et il doit quitter Europe 1. « Je n’ai pas été surpris de cette rupture. Depuis longtemps je savais que j’agaçais. Mai 68 a été le prétexte pour mettre un nom – « gauchisme » – sur un mauvais esprit que l’on me reprochait depuis longtemps ».

Il intègre ensuite France Inter à l'ORTF. Là, il y présente Embouteillages, magazine dont la « formule est de ne pas en avoir ». Il y traite de l’art de vivre à Paris comme en province, parce que « le parisianisme se décentralise », annonçait-il dans son premier billet introductif.

Membre, avec José Artur et Jacques Chancel, autres grands noms de l'audiovisuel récemment disparus, du trio surnommé « A.B.C. » (leurs initiales), il animera de nombreuses émissions renommées, incluant par exemple Au bénéfice du doute, Comme de bien entendu, Le Magazine de Pierre Bouteiller, Qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’agite autour de vous ou encore Quoi qu’il en soit.

Dans les années 80, il devient ensuite brièvement directeur des variétés à TF1, du temps où la chaîne n'était pas encore privatisée. On lui doit la suppression de la diffusion du Concours de l’Eurovision et la mise à l’antenne de l’émission Droit de réponse de Michel Polac.

Il a aussi produit des documentaires consacrés à la musique.

En 1982, il fait son retour à France Inter. Cependant, ses relations tendues avec Jean-Noël Jeanneney, président de Radio France, et avec le directeur des programmes de la chaîne, Jean Garretto lui valent une mise « au placard ». Il présentera ainsi jusqu’en 1989 Le Masque et la Plume à la suite de François-Régis Bastide. Il anima aussi sur France Musique, de 1984 à 1988, quelques magazines hebdomadaires. En 1989, il prend la tête des programmes de France Inter.

En 1995, candidat à la succession de Jean Maheu pour la présidence de Radio France, il se voit préférer Michel Boyon par le CSA. Il est ensuite « débarqué de la direction des programmes de France Inter » mais pourra tout de même présenter Quoi qu’il en soit.

En 1999, il devient cette fois président de Radio France, nommé par Jean-Marie Cavada à la tête de France Musique, avant de quitter le service public en 2004, ayant atteint l’âge de la retraite.

Ses amis Jean-François Bizot et Frank Ténot, ayant repris la radio TSF jazz, le rappellent cependant pour animer Si bémol et fadaises.

Ce sera la dernière émission qu'il présentera avant de se retirer définitivement au début de l'été 2015, fatigué par l'âge. Pour cette ultime émission, il avait été accompagné de son ami le pianiste et compositeur Michel Legrand.

SourceModifier

  Actualiser la page
  Jour précédent

Évènements du 12 mars 2017

Jour suivant