Gaz de schiste en France : Arnaud Montebourg veut une exploitation « publique » et « écologique »

11 juillet 2013. – La position du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg sur l'exploitation du gaz de schiste ne faisait pas mystère. Mardi, devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, le ministre du redressement productif a plaidé — « à titre personnel » — pour une exploitation « publique » et « écologique » du gaz de schiste. Pour lui, le problème est de savoir « s'il y a pollution ou pas » et non « fracturation hydraulique ou pas ». La « rente » obtenue par la compagnie nationale servirait à financer la « mutation écologique ».

Derrick et plateforme de forage d'un puits de gaz de schiste à Marcellus (Pennsylvanie, États-Unis).

L'entourage du ministre a précisé que « si exploitation il y avait, le ministre plaiderait très activement pour que ce soit par le truchement d’une compagnie nationale publique » et que cette hypothèse se faisait bien dans « le cadre fixé par le président de la République qui est de dire qu'il n'y aura pas de fracturation hydraulique ».

Porte-parole des lobbys ?

Pour Europe Écologie - Les Verts, il est hors de question de rouvrir le dossier. « Ce qui nous inquiète, c'est que malheureusement au sein de la majorité, il y a des gens qui continuent à se faire les portes-paroles de certains lobbys », explique François de Rugy, membre du Groupe écologiste à l'Assemblée nationale.

Recadrage par le nouveau ministre de l'écologie

Le nouveau ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie Philippe Martin a publié une déclaration écrite où il explique que la « question d'une exploitation « écologique » des gaz de schiste ne se pose pas ». « Le bilan carbone des forages de gaz de schiste est très négatif, surtout si l'on prend en compte non seulement le CO2 issu du gaz extrait mais aussi de la quantité de méthane qui fuit vers l'atmosphère lors de l'extraction ». « Ma feuille de route, celle que m'a fixée le président de la République, est de conduire la transition écologique et énergétique afin, notamment, de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles ».

Voir aussiModifier

SourcesModifier

  Actualiser la page
  Jour précédent

11 juillet 2013

Jour suivant