Jusqu'à 98 % de femelles chez les Alligator mississippiensis en 2100 ?

13 mai 2020. – La hausse des températures pourrait faire baisser le nombre de reptiles dans le monde en modifiant l'équilibre entre les mâles et les femelles chez les crocodiles ou chez les alligators, révèle une étude publiée par Royal Society.

Deux alligators d'Amérique juvéniles.

Le sexe de nombreuses espèces de reptiles est déterminé par la température du nid. Chez les alligators, les températures qui sont comprises entre 32,5 °C et 33,5 °C produisent principalement des mâles, tandis qu'au-dessus ou en dessous de cette marge, il y a principalement des femelles. En se basant sur des estimations de changement climatique, les chercheurs de l'Université de Géorgie (États-Unis) prédisent que le ratio des sexes pourrait être asymétrique vers 2050 et que, d'ici à 2100, les températures pourraient conduire à avoir jusqu'à 98 % de femelles dans les nids.

Des programmes d'incubation artificielle ?
Aire de répartition de l'alligator d'Amérique.

Ces conclusions viennent des observations de la chercheuse Samantha Bock et de ses collègues, qui ont pu mesurer entre 2010 et 2018 que la température de 86 nids d'Alligator d'Amérique en Floride et en Caroline du Sud étaient plus élevées lorsque les températures moyennes des années étaient plus chaudes.

L'étude explique que la faible présence de mâles à long terme dans la population « présente une menace plus grande pour la persistance de la population. » Et souligne « l'importance de la surveillance des sex-ratios des nouveau-nés et des paramètres de base de la population afin d'éclairer les interventions de gestion potentielles (par exemple, les programmes d'incubation artificielle). »

SourcesModifier

  Actualiser la page
  Jour précédent

13 mai 2020

Jour suivant