Ouvrir le menu principal

RCA : la Seleka dit avancer vers Bangui

Flag of the Central African Republic.svg
Carte des batailles en 2012 en Centrafrique

Après avoir pris le contrôle de Bouka et Batangafo le Séléka affirme avancer vers Bangui.

23 mars 2013. – Les rebelles de la coalition Séléka qui ont rompu le cessez-le-feu avec les forces du gouvernement entendent entrer dans la capitale Centrafricaine dès demain pour y renverser le président François Bozizé.

Le colonel Djouma Narkoyo, un des chefs militaires de Séléka, a confirmé cette avancée au Service Français de la Voix de l’Amérique. Au micro de Nathalie Barge, il a déclaré que les rebelles n’avaient pas peur des troupes sud-africaines et qu’ils étaient très bien équipés.

À en croire le colonel Djouma Narkoyo, les FACA seraient d’ailleurs dépassées par la situation. D’après lui, les rebelles seraient à 70 km de Bangui. Pendant ce temps, le président est en Afrique du Sud.

HistoriqueModifier

Le conflit centrafricain de 2012 est un conflit situé en République centrafricaine qui éclate en décembre 2012 entre le gouvernement centrafricain et les rebelles de la Coalition du Séléka. De nombreux rebelles sont des anciens participants à la guerre civile de Centrafrique qui ravagea le pays entre 2004 et 2007. En réalité, il y eut entre 2004 et 2012 de nombreux affrontements entre divers mouvements rebelles et FACA, mais jamais de véritable guerre civile. Les rebelles accusent le président centrafricain François Bozizé d'avoir failli à respecter les accords de 2007 qui mirent fin à la guerre civile. Les rebelles de la Coalition du Séléka démarrent une offensive le 10 décembre 2012, s'emparant de plusieurs villes majeures dans le centre et l'est du pays. Alors que le Tchad voisin accepte d'envoyer des troupes d'interposition, la France refuse de s'engager dans le conflit, malgré les appels du président Bozizé. Paris a néanmoins envoyé 150 soldats de plus, pour assurer la protection des ressortissants européens et français.

Voir aussiModifier

SourceModifier