Ouvrir le menu principal

RDC : toujours des désaccords

Flag of the Democratic Republic of the Congo.svg
Région du pays dans laquelle le mouvement M23 est localisé.
Ville de Kampala en Ouganda

21 décembre 2012. – La rébellion congolaise du Mouvement du 23-Mars a réclamé mercredi la signature d'un cessez-le-feu avec les autorités de République démocratique du Congo (RDC), accusant Kinshasa de faire traîner les négociations à Kampala pour renforcer ses positions dans l'est de la RDC.

A Kampala, justement, nous avons joint l’un des porte-parole du M23, qui a aussi rejeté les accusations selon lesquelles les rebelles seraient toujours très près de la ville de {Goma.

L’appel au cessez-le-feu a été accueilli très froidement a Kinshasa où le gouvernement, par le biais de son porte-parole, le ministre Lambert Mende, déclaré qu'il n’y a pas lieu de signer une telle trêve, notant aussi les progrès apparents enregistres cette semaine dans les pourparlers avec les rebelles.

Par ailleurs, le président Barack Obama a lancé un appel à son homologue Paul Kagame du Rwanda pour que ce pays cesse d’appuyer la rébellion dans l’est de la RDC.

Lors d’une conversation avec M. Kagame, mardi, le leader américain a demandé que tout soutien à des groupes armés en RDC cesse de façon définitive et que soient respectés les engagements pris par Kigali avec le président congolais Joseph Kabila et le président ougandais Yoweri Museveni.

Selon la Maison blanche, Barack Obama a aussi mis l’accent sur la nécessite de parvenir à un accord qui tienne aussi compte de la sécurité régionale ainsi que des questions économiques et de gouvernance.

Mouvement du 23-MarsModifier

Le Mouvement du 23-mars, également appelé M23, est un groupe créé à la suite de la guerre du Kivu. Il est composé d'ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple réintégrés dans l'armée congolaise à la suite d'un accord de paix signé le 23 mars 2009 avec Kinshasa. Ils se sont ensuite mutinés en avril 2012. Leur nom provient des accords du 23 mars 2009, car les membres considèrent que le gouvernement congolais n'a pas respecté les modalités de celui-ci.

Voir aussiModifier

SourceModifier