Ouvrir le menu principal

Affaire Snowden : quatre-vingts villes espionnées par les États-Unis

Angela Merkel

27 octobre 2013, Allemagne. – L'affaire de l'espionnage en masse des États-Unis vis-à-vis de toute la planète, et même de ses alliés, n'en finit pas de provoquer de l'agitation au sein des chancelleries. Non seulement les écoutes touchaient Madrid, mais aussi 80 villes en plus, dont 19 parmi lesquelles figurent Berlin, Paris, Rome Prague, Francfort ou Genève. C'est ce qu'a révélé l'hebdomadaire Der Spiegel. Cette opération a moblisé une quatre-vingtaine d'équipes d'espionnage de la CIA et de la NSA.[1].

De plus, la NSA a piraté le téléphone mobile de la chancelière allemande, Angela Merkel, depuis l'année 2002 jusqu'à maintenant. Cependant, le Premier Ministre britannique s'est montré complice des Américains vu que Cameron a manifesté une réaction tiède et s'est démarqué de la vague de protestation de ses homologues. Les soupçons se sont confirmés quand Washington déclara « que ses communications[2] n'ont pas été, ni ne seront, surveillées par les USA. » Selon The Guardian, les services d'écoutes britanniques ont collaboré avec la NSA dans cette opération, les Britanniques disposent du GCHQ.

En conséquence, Berlin enverra à Washington, dans les jours qui viennent, ses meilleurs spécialistes afin d'enquêter en ce qui concerne l'ampleur et les pratiques d'espionnage qui ont touché la chancelière allemande.

Notes

}}

SourcesModifier