Ouvrir le menu principal

États-Unis : indignation de Google et de Yahoo après le piratage de leurs banques de données par la NSA

Logotip de Google

1er novembre 2013, États-Unis. – Chaque fuite portant sur les documents fournis par Edward Snowden apporte sa part de scandale dont on ne connaissait pas toute l'ampleur. Bien qu'elle disposât du programme PRISM, la NSA a aussi accédé à leurs banques de données, sur l'ensemble de la planète, sans leur demander leur accord. PRISM leur permettait pourtant d'exiger des entreprises, comme Google et Yahoo, des informations sur les utilisateurs. Grâce à cette opération illégale, elle en obtint sur des centaines de millions d'internautes, dont la plupart étaient nord-américains.

Google a manifesté son indignation et a déclaré qu'elle n'était pas au courant du piratage de l'Agence étasunienne. Le représentant légal de Google, David Drummond, a confié à la presse que « pendant longtemps, nous nous sommes préoccupés sur la possibilité d'être victimes de ce type d'espionnage. » Il ajouté : « Nous sommes indignés de savoir jusqu'à quelle extrémité en arrive le gouvernement pour intercepter les données privées des réseaux. »

Cquote1.png Nous sommes indignés de savoir jusqu'à quelle extrémité en arrive le gouvernement pour intercepter les données privées des réseaux link = États-Unis : indignation de Google et de Yahoo après le piratage de leurs banques de données par la NSA

— David Drummond, cap legal de Google

Pour la même raison, Yahoo s'est indigné, victime, elle-aussi, de la consultation illégale de ses banques de données. Elle a précisé qu'elle n'avait pas non plus autorisé la NSA à y accéder.

SourcesModifier


Pour plus de détails sur ce sujet, Wikinews a établi le dossier Affaire Snowden.
Ce dossier permet de situer cet article dans son contexte.




  Actualiser la page
  Jour précédent

Évènements du 1er novembre 2013

Jour suivant